De Lyon au championnat d’Europe U19 en Écosse, en passant par la Coupe du Monde U20 en Bretagne l'été dernier, Melvine Malard ne cesse de gagner en expérience. La jeune attaquante de 19 ans a mûri dans son jeu, mais aussi son mental et sa personnalité. Soucieuse de bien faire les choses, cela a tendance à parfois se retourner contre elle, mais elle sait se remettre en question pour apprendre et corriger cela. Avant France/Pays-Bas nous l’avons appelé pour échanger avec elle sur l’équipe de France, son poste, son jeu et sa vision du football.     Coeurs de Foot - Est-ce qu'en tant qu’attaquante tu te prépares à toutes les situations plausibles lors d'un match ? Comme par exemple une équipe adverse qui défend bas, un système de jeu par rapport à celui de l'équipe de France, une certaine façon de jouer de tes coéquipières, qui sont alignées à un moment donné avec toi ?  Melvine Malard - Oui évidemment, lors de la présentation d'avant-match, le coach nous présente bien l'équipe adverse. Puis arrivée sur le terrain, j'essaye moi-même de regarder le positionnement des défenseures adverses, comment elles jouent avec le ballon, leurs directions sur leur premier déplacement. C'est important pour une attaquante de connaître son adversaire [afin de le contrer], de connaître le schéma tactique également, lorsqu'on débute un match. En tant qu'attaquante de pointe on doit un peu connaître le système de jeu de son équipe également par cœur, pour être la mieux préparée possible, après il y a des facteurs qui entrent en compte. Par exemple, je sais très bien que Sandy Baltimore dès fois il faut lui laisser du temps, ce n'est pas à son premier touché de balle que je dois lui réclamer le ballon, je ne dois pas aller directement vers elle, je sais qu'il faut lui laisser un peu de temps, d'abord le touché de balle, puis éliminer son adversaire, ensuite je lui laisse quelques secondes avant de lui demander le ballon. A la différence de Kessya [Bussy], qui est une joueuse qui joue plus dans la profondeur, donc je sais que directement après son accélération [sur le couloir droit], il faut se rendre disponible pour essayer de recevoir le ballon. Chaque joueuse à une façon de jouer différente, et c'est important de connaître ses coéquipières, afin de faciliter le plus possible la stratégie ou la tactique qu'on met en place.   CDF - Est-ce qu'il y a tout de même...

La suite est réservée aux abonnés .



Dounia MESLI