Plusieurs joueuses brésiliennes, dont Cristiane, l'emblématique attaquante de la Seleçao, ont annoncé leur retrait de la sélection auriverde suite à l'éviction d'Emily Lima de son poste de sélectionneuse, moins d'un an après son entrée en fonction.

 

Sa nomination à la tête de la sélection brésilienne ressemblait à un pas en avant pour le football féminin brésilien, un peu moins d'un an plus tard Emily Lima a été démis de ses fonctions de sélectionneuse de la Seleçao. Une décision qui s'est nouée à l'issue de la double-confrontation amicale face à l'Australie au mois de septembre, le Brésil s'était incliné par deux fois en Australie, le Brésil enchaînant son sixième match sans succès (cinq défaites et un nul), dont trois défaites en deux mois face aux Matildas.

 

Soutenue par les joueuses

 

Consultées, les joueuses brésiliennes auraient quasi-unaniment soutenues leur sélectionneuse et demander à ce qu'elle puisse continuer à la tête de la sélection. Une revendication notamment portée par Marta auprès des responsables de la CBF en charge de l'équipe nationale féminine. Les joueuses qui réclamaient du temps pour travailler et la possibilité d'aller au bout du « cycle » c'est à dire jusqu'à 2020 et les Jeux Olympiques de Tokyo, un an après la Coupe du Monde en France.

 

Car cette série de défaites a eu lieu face à quelques-unes des meilleures équipes du monde (les États-Unis, l'Allemagne, l'Australie) et avec une Seleçao rarement au complet. Une volonté assumée par Emily Lima de se confronter à ce qui se fait du mieux sur la planète pour préparer les échéances à venir, à l'image de ce que peut faire Jill Ellis avec la sélection étasunienne.

 

Emily Lima a été remplacée par Oswaldo Alvarez dit Vadao, de retour aux affaires après avoir dirigé la sélection de 2014 à 2016. C'est lui qui avait été remplacé par Emily Lima après la quatrième place du Brésil lors des Jeux Olympiques de Rio.

 

Cette décision de la fédération a entraîné le retrait de cinq joueuses de la sélection. Cinq internationales qui ont en commun d'avoir fait partie du groupe brésilien qui était allé chercher la médaille d'argent lors des Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Des joueuses d'expérience et l'une des cadres de la sélection, Cristiane qui a annoncé et expliqué sa décision via une vidéo postée sur les réseaux sociaux.

 

Le choix des armes

 

Outre Cristiane, Rosana a également annoncé son arrêt de la sélection. Passée par Lyon et le PSG, elle avait avec Cristiane glané une autre médaille d'argent en 2004 à Athènes, et joué la finale de la Coupe du Monde 2007, perdue face à l'Allemagne. Andreia Rosa et Fran, deux joueuses qui évoluent à Avaldsnes en Norvège ont également annoncé leur retrait de même que Maurine. Des joueuses qui, à l'exception de Fran, ont en commun d'être des trentenaires et qui auraient probablement arrêté leur carrière à l'issue de ce « cycle » international.

 

L'annonce de ce retrait se fait alors que d'autres joueuses ont choisi de rester dans la sélection à l'image de Marta, la capitaine emblématique des Auriverdes. Un choix qui exprime une volonté de sa part d'essayer de changer les choses « de l'intérieur », une volonté appuyée par Andressa Alves pour qui celles qui vont continuer vont certainement se battre pour faire avancer les choses. Car au-delà de l'éviction d'Emily Lima, qui a une forte portée symbolique, les joueuses qui quittent la sélection évoquent plus globalement un manque de considération.

 

Une situation qui se ressentirait notamment par la faible rémunération des joueuses de l'équipe nationale, ou encore le manque de structuration du championnat national au Brésil. Des revendications sur lesquelles semblent se retrouver les cadres de l'équipe nationale, même s'il reste à accorder les violons entre celles qui restent et celles qui ont désormais quitté la sélection. Des signes d'unité que l'on pourra guetter dans les prochains semaines en Chine où la Seleçao disputera un tournoi amical face au pays hôte, le Mexique et la Corée du Nord.

. La rédaction