C'était le débat de la semaine autour de la liste des 10 nommées pour le prix FIFA « The Best » de la meilleure joueuse 2016 : La FIFA a-t-elle tout simplement oublié Ada Hegerberg ? Si cette absence ne devrait pas empêcher l'attaquante norvégienne de dormir où d’enchaîner les actions décisives sur le terrain, la question méritait d'être posée...

La rédaction de Coeurs de Foot vous propose tous les arguments dans un sens ou dans l'autre qui pourrait vous aider à vous faire une idée. A moins que vous ne soyez déjà convaincu qu'Ada Hegerberg ne soit de toute façon la meilleure...

 

Oui – Un talent sans conteste. Mais pas... suffisant ?

Beaucoup se sont étonnés de sa non-nomination. Il est vrai que la lyonnaise a largement contribué au triplé Coupe-Championnat-Ligue des Championnes de l'Olympique Lyonnais, la saison dernière. Elle terminera ainsi meilleure buteuse du championnat de la D1 Feminine (33 buts), ainsi que meilleure joueuse, par la FFF.

Au-delà de la France, elle aura joué un rôle majeur en Europe, durant la finale de Ligue des Champions face à Wolfsburg, en y inscrivant le premier but de la rencontre (avant l'égalisation allemande et la séance de tirs au but). La norvégienne sera pour cela élue meilleure joueuse d'Europe, comptabilisant 13 réalisations à elle-seule en Ligue des Champions et suite à une saison parfaite au sein de l'Olympique Lyonnais.

Et même si l'on prend "l'année 2016" période de référence pour le prix FIFA, C'est 33 buts en 26 matches pour Hegerberg (42 buts si l'on inclut ses 10 matches avec la sélection norvégienne. Elle a inscrit au moins un but lors des trois tours (quart/demi/finale) de Champions League joués en 2016, qui sont les plus relevés. L'attaquante norvégienne de l'OL est donc prolifique et décisive.

Autant de récompenses collectives et individuelles, qui laissent perplexe quant au fait qu'elle ne soit pas nommée parmi les meilleures joueuses du monde, par la FIFA. D'autant plus que les trois précédentes vainqueures du prix UEFA (Célia Sasic, Nadine Kessler, et Nadine Angerer) ont toutes les trois été nommées pour le prix FIFA, Kessler et Angerer l'ayant même remporté !

Ses performances en sélection ont participé à qualifier la Norvège pour l'Euro 2017. Malgré son aura de grande nation du football féminin, l'équipe scandinave a connu quelques difficultés dans cette campagne de qualification. Elle a eu notamment besoin des 10 buts d'Ada Hegerberg pour obtenir sa qualification pour le tournoi.

Portant, comme nous le confiait Ada Hegerberg au printemps dernier, ses résultats en club ne doivent pas donner l'illusion qu'elle puisse porter la sélection norvégienne sur ses épaules. Elle nous disait aussi qu'une progression collective aussi bien en sélection que dans le championnat norvégien est nécessaire pour parvenir à reconstruire une grande équipe. Et que dans un "petit pays" comme la Norvège, le renouvellement des générations est moins aisé qu'en France ou en Allemagne.

Elle est donc aujourd'hui clairement l'une des meilleures joueuses du moment, même si dans un sport collectif comme le foot, chacun sait que cela n'est pas suffisant. Une qualité qui en tout cas aurait dû lui permettre de se frayer un chemin parmi les nommées pour le trophée de la meilleure joueuse.

Mais une chose est certaine, Ada Hegerberg n'en finira pas de faire parler d'elle, et pourra profiter de l'Euro 2017 pour rectifier le tir et ainsi figurer sur la "Liste (2017) des 10 nommées" de la FIFA.

 

Non – Des critères qui ont « éliminé » la goleador norvégienne

Cet été, Ada Hegerberg a été récompensée du prix UEFA de la meilleure joueuse évoluant dans un club européen. Un prix qui est venu récompenser la saison exceptionnelle d'Ada Hegerberg avec Lyon qui réalise le triplé. Sur le plan personnel, elle marque donc 54 buts sur sa saison 2015/2016 avec Lyon, 33 buts en 26 matches sur l'année 2016 (qui n'est pas finie...).

En sélection, elle a été l'une des joueuses qui ont mené à la qualification pour l'Euro 2017 inscrivant 10 buts pour son équipe et terminant parmi les trois meilleures buteuses des qualifications. Ce sont autant de raisons de considérer que Ada Hegerberg est la meilleure attaquante actuellement en Europe, et fait partie, à l'échelle du football féminin, des stars de la discipline sur le continent.

Pourtant, le football féminin n'est pas jugé sur les mêmes critères que le football masculin. Là où ce sont les performances en club de Lionel Messi et Cristiano Ronaldo qui ont lancé leur collection de ballons d'or, chez les féminines ce sont les performances en équipe nationale qui accaparent l'attention du public.

Les images des compétitions en club traversent (malheureusement) peu les frontières. Ce sont les joueuses qui brillent dans les grands tournois internationaux (comme les J.O cette année) qui sont couronnées comme les "reines" de la discipline.

Malheureusement pour Ada Hegerberg, la Norvège n'était pas présente aux Jeux Olympiques, éliminée en tournoi qualificatif par la Suède au printemps dernier. C'est principalement pour cette raison qu'Ada Hegerberg est paradoxalement considérée comme la meilleure joueuse d'Europe et ne fait pas partie de la liste des dix meilleures joueuses du monde qui compte... huit joueuses évoluant en Europe !

Derrière les prix individuels distribués par la FIFA, il n'y a pas forcément la volonté de sacrer la « meilleure » joueuse, ce qui par ailleurs est absurde dans un sport collectif. C'est aussi l'idée pour la FIFA de choisir ses ambassadeurs auprès du grand public parmi les joueurs et les joueuses qui ont déjà capté l'attention du grand public. En ce sens, il y a de bonnes chances pour que ce soit Dzsenifer Marozsan qui remporte le prix cette année, renforçant au passage la réputation de « meilleure équipe du monde » de l'Olympique Lyonnais...

. La rédaction