A Bordeaux, les féminines des Coqs rouges marquent volontairement des buts contre leur camp pour éviter à leur club de payer de lourdes amendes.

C'est un cas exceptionnel dans le football amateur français. "Chaque week-end, nos joueuses sont obligées de mettre des buts contre notre camp alors qu’elle gagne les matchs, déplore Yann Lormeau, un éducateur du club. Imaginez un peu l’humiliation pour nos filles, mais aussi pour nos adversaires." En effet, lors de leurs deux premiers matches de championnats, ce fut le même scenario pour les Coqs rouges. Les joueuses menaient à chaque fois sur le score de 4-0, avant d'inscrire 5 buts contre leur camp et de perdre 4-5 (voir vidéo ci-dessous).

 

 

Mais alors pourquoi cette équipe bordelaise fait-elle exprès de se saborder durant ses matches ? Yann Lormeau, déjà cité plus haut, a livré l'explication pour nos confrères de footamateur.fr. "Tout remonte à la fin de saison dernière, après une saison compliquée tant sur le plan des résultats que sur la cohésion du groupe des féminines, l’équipe à la fin du championnat se retrouve avec seulement deux joueuses pour repartir cette saison. Après réflexion le club décide de faire une communication très importante pour pouvoir recruter des joueuses et que cette équipe féminine, qui évoluait en championnat District à 8, ne meurt pas et puisse repartir cette saison. »

Mais les Coqs Rouges ont eu plus de succès que prévu. "Nous sommes arrivés à faire venir plus d’une trentaine de joueuse, poursuit Yann Lormeau. Nous avons donc décidé de d’inscrire une équipe en foot à 11 et une autre en foot à 8. Cependant et ayant fini l’année avec seulement deux joueuses, la majorité des joueuses qui nous rejoignent en provenance d’autres clubs sont considérées comme mutées, alors que nous ne pouvons en aligner seulement 6 par match (règlement FFF pour le football masculin)."

 

70 euros d'amendes pour chaque joueuse mutée

 

Conséquence de ce règlement de la FFF : si l'équipe adverse pose réserve après le match, le club des Coqs rouges se voit infliger une amende de 70 euros pour chaque joueuse mutée en plus inscrite sur la feuille de match.

Afin de trouver une solution à ce problème de joueuses mutées, les dirigeants du club des Coqs rouges ont alors contacté le District de Gironde et la Ligue de Nouvelle-Aquitaine. Hélas, les deux instances leur ont signifié que "les règles étaient les mêmes pour tout le monde". Les dirigeants, résignés, n'ont donc pas voulu passer outre le règlement. Ils ont alors formulé une autre demande aux deux instances, un compromis pour que leur équipe puisse jouer au football malgré tout.

"Notre demande portait sur le fait de pouvoir aligner une équipe chaque week-end, avec nos mutées, perdre sur tapis vert, mais ne pas avoir à payer d’amende, souligne Yann Lormeau. Car pour chaque joueuse en plus le club doit payer 70€, et bien sûr perdre le match. Ils nous ont donc refusé cette faveur, en connaissant notre problématique et le fait qu’on les ait consultés pour le résoudre."

Voilà pourquoi chaque week-end les joueuses des Coqs rouges marquent contre leur camp et perdent leurs matchs. Pour éviter que l'équipe adverse pose réserve en cas de défaite, et que les Coqs rouges paye de lourdes amendes...

 

***Crédits photo : Coqs Rouges Football

Arnaud Le Quéré