Le comité exécutif de la Fédération Française de Football a validé hier la fusion entre le GMC2F et le GF38, les deux principaux clubs de l'agglomération. Une fusion qui acte l’absorption du GMC2F au sein du GF38, pour former un seul club féminin sur la ville de Grenoble.

Le rapprochement entre les deux clubs étaient dans les cartons depuis un certain temps. Dans les cartons depuis au moins l'année dernière et amorcée au printemps, la fusion des deux clubs de l'agglomération grenobloise s'est finalement réalisée cet été avec un vote en assemblée générale (97 pour, 45 contre, 2 abstentions) à la fin du mois de juin avant une validation hier par la FFF. Une décision qui a pour conséquence la dissolution du GMC2F, et l'intégration de ses équipes au sein du GF38.

Pour Nicolas Bach, cette situation ne va pas entraîner beaucoup de changements au niveau du fonctionnement. Entraîneur du GMC2F (D2) cette saison, il conservera la direction de l'équipe féminine la saison prochaine. Pour lui, cette fusion devrait permettre à l'équipe féminine de disposer de « plus de moyens ».

Concernant son effectif, Nicolas Bach peut déjà compter sur trois nouvelles joueuses recrutées cette été : Julie Coin (Saint-Étienne), Sarah Huchet (FF Issy) et Laura Meynier (AS Véore Montoison). Des arrivées auxquelles devraient s'ajouter la venue de « deux autres recrues d'ici la fin de la semaine ». Des renforts dans une équipe stable avec un seul départ pour le moment, celui de Nina Pereira vers Le Puy (D2).

Pour Max Marty, manager général du GF38, cette fusion va permettre de « regrouper les forces » et « donner plus de notoriété au football féminin ». Avant de parler de D1 et « d'accéder à l'élite », son premier objectif est « développer la formation » au sein du club en s'appuyant sur les U19 « compétitives » du GMC2F (finalistes du challenge U19 excellence cette saison).

Dans cette optique, le GF38 veut pouvoir « récupérer de la compétence » qui existe au GMC2F, tout en donnant une certaine « autonomie » au sein du club. A ce titre, une commission a été créée par le GF38 pour assurer le suivi de cette intégration des équipes du GMC2F au sein du club.

Des critiques sur la méthode

Cette fusion, si elle semble positive sur le papier, rencontre aussi quelques critiques. Elles viennent notamment de l'équipe féminine du GF38, aussi bien le staff que les joueuses, qui se retrouvent peut-être comme les parents pauvres de cette fusion. Des réserves exprimées notamment par Nathan Limouzin (entraîneur-adjoint des féminines du GF38 cette saison), interviewé par le site Le Sport Dauphinois.

L'incertitude pèse forcément pour les joueuses qui évoluaient cette saison en DHR (quatrième division) alors que le GMC2F compte une équipe première en D2 et une équipe réserve en DH (troisième division). L'équipe première du GF38 devient donc la troisième équipe, et la place des joueuses n'est bien sur pas acquise pour la suite, même si elles seront un certain nombre à rejoindre l'équipe réserve en DH.

Dounia MESLI