En septembre dernier, nous avions longuement échangé avec Claire Lavogez pour évoquer son nouveau challenge avec Bordeaux, un club ambitieux à son image, son parcours jonché d'aléas et d'obstacles et les aspects externes du terrain, qu'elle a parfois du mal à gérer. A quatre matches et deux mois de la fin de cette saison, retour en arrière.     Coeurs de Foot - Nous sommes en septembre, en début de saison, comment tu vis cette nouvelle aventure avec Bordeaux ?   Claire Lavogez - Je la vis bien, je me suis bien intégrée à l'équipe. Ce sont des joueuses qui ont été agréables et très accueillantes. On était plusieurs nouvelles à arriver en même temps, donc forcément c'est plus facile de s'intégrer et comme on se connaissait entre nous, c'était plus simple [de trouver ses marques].    CDF - Comment tu expliques les nombreux changements de clubs dans ta carrière ?   C. L. - Au final je n'en ai pas fait tant que ça, parce que j'étais à Hénin un an, après je suis partie quatre ans à Montpellier, deux ans et demi à Lyon, ensuite j'ai fait une pige à Fleury et aujourd'hui je suis à Bordeaux. [Ces deux derniers clubs] rajoutent un peu plus de clubs dans ma carrière, mais ce n'est pas non plus énorme je pense.   Ce sont les aléas du football qui ont fait que j'ai changé de clubs aussi. Peut-être que si je n'avais pas eu une blessure à l'OL, j'y serais encore, et que ça serait bien. Mais je n'aurai pas connu Fleury ou Bordeaux.    CDF - Tu as fait plusieurs clubs, qui ont des états d'esprits différents les uns des autres ?  C. L. - (Rires) Non, mais c'est vrai que je n'ai que 24 ans et que j'ai fait pas mal de clubs. C'est aussi une expérience de plus pour moi à chaque fois, dans le sens où j'ai joué av...

La suite est réservée aux abonnés .



Dounia MESLI