L'équipe de France s'est inclinée (0-2) sur la pelouse du Stade Océane du Havre face aux États-Unis. Un peu moins de deux ans après avoir remporté la Coupe du Monde en France, la sélection américaine a maîtrisé son sujet devant une équipe tricolore expérimentale, prolongeant ainsi sa série de 39 matches consécutifs sans défaite...

 

L'intention était claire de la part de Vlatko Andonovski, le sélectionneur de l'équipe des États-Unis. Au coup d'envoi, l'équipe américaine était composée de 10 des 11 joueuses qui avaient débuté lors de la finale de la dernière Coupe du Monde, le 7 juillet 2019 à Lyon, remportant la victoire finale face aux Pays-Bas.

Seule joueuse absente, Tobin Heath, blessée depuis de longues semaines, et remplacée pour ce match par Christen Press, décisive lors de ce même Mondial 2019, en demi-finale face à l'Angleterre. Des souvenirs de l'été 2019, avec également les Bleues qui avaient fait partie des équipes écartées par les États-Unis dans leur parcours vers un quatrième titre mondial.

Aujourd'hui, les objectifs ne sont pas les mêmes pour les deux sélections, entre une équipe de France qui se projette d'ores et déjà vers l'Euro 2022, alors que les États-Unis font partie des 12 équipes qualifiées pour les Jeux Olympiques cet été au Japon. Après un match poussif samedi face à la Suède, les États-Unis ont livré une toute autre prestation sur la pelouse du Stade Océane, théâtre de leur dernière défaite en janvier 2019, face à l'équipe de France.

 

Un contraste saisissant entre les deux équipes

Ce soir, un tel scénario a été rapidement exclu. Au-delà des nombreuses absentes (Henry, Renard, Majri, Cascarino...), l'équipe de France se présentait avec une équipe remaniée par rapport à celle alignée face à l'Angleterre vendredi dernier. Moins d'automatismes entre les joueuses titularisées, notamment au milieu de terrain, et des Tricolores qui ont rapidement subi la domination adverse.

La rencontre a également (trop) rapidement basculé en faveur des États-Unis, avec un penalty sifflé dès la 4e minute de jeu. Aïssatou Tounkara marche sur le pied d'Alex Morgan, un geste maladroit qui se paie cash. Dans la foulée, le ballon est expédié par Megan Rapinoe au fond des filets (6e). L'équipe américaine prend alors l'avantage, après avoir pris le contrôle du ballon dès l'entame.

L'impression se confirme au fil des minutes, avec Alex Morgan qui peut accélérer côté gauche et trouver Christen Press au second poteau. La reprise de l'attaquante de Manchester City ne parvient pas à accrocher le cadre (7e), mais l'on se dit alors que le score pourrait être lourd dans ce match, et les États-Unis double rapidement la mise.

Un but qui intervient après un nouveau temps fort américain, repoussant les joueuses tricolores dans leur propre camp. Les relances deviennent difficiles pour les Bleues, et sur un ballon rendu par l'équipe de France, la mécanique finit par produire ses effets. Christen Press trouve Alex Morgan intercalée entre deux joueuses françaises à l'entrée de la surface côté droit. L'attaquante américaine peut ensuite placer une frappe croisée du droit pour tromper Pauline Peyraud-Magnin (19e).

 

Difficile de remonter la pente

Une première période compliquée pour l'équipe de France, malgré quelques situations intéressantes, comme ce corner côté droit, repris dans la surface par Marie-Antoinette Katoto de la tête. Le ballon prenait alors le chemin du but, mais Alyssa Naeher est bien à la parade (22e). En fin de période, Marie-Antoinette Katoto est à nouveau recherchée devant le but, au terme d'une rare séquence tricolore dans le camp adverse. Ici, c'est Julie Ertz qui prive l'attaquante parisienne d'une balle de but (44e).

Un maigre bilan pour les joueuses de Corinne Diacre, d'autant que les États-Unis se procurent de nouvelles occasions, comme cette frappe de Crystal Dunn, qui chipe le ballon dans les pieds de Marion Torrent, avant de se heurter à Pauline Peyraud-Magnin, à la parade (35e). La gardienne tricolore doit également s'interposer sur la reprise de Megan Rapinoe, venue couper un centre de Kelley O'Hara côté droit (38e).

Les Bleues semblent alors dépassées et les trois changements opérés par Corinne Diacre dès la pause ne viennent atténuer que partiellement cette impression. L'autre facteur est peut-être la moindre ambition de l'équipe américaine en seconde période. Une partie qui baisse d'un ton en dans ce deuxième acte, d'autant que l'équipe de France ne trouve pas véritablement de nouveau souffle.

 

L'éclaircie venue de Baltimore

Entrée en jeu côté gauche, Sandy Baltimore délivre quelques bons centres dans la surface américaine, mais sans trouver preneuse devant le but d'Alyssa Naeher. Quelques initiatives insuffisantes pour faire évoluer la physionomie du match, qui reste contrôlée par les coéquipières de Becky Sauerbrunn.

Moins d'opportunités de part et d'autre dans ce second acte, malgré quelques accélérations de Rose Lavelle, ou cette tête de Julie Ertz sur corner, proche de trouver le cadre (75e). C'est donc l'occasion de procéder à de nouveaux changements, et notamment l'entrée de Grace Kazadi, pour sa première sélection. Entrée pour la demi-heure, elle vient suppléer Marion Torrent, sortie (61e) après avoir été touchée à la cheville.

La dernière défaite des Bleues c'était face aux États-Unis, le 28 juin 2019. Près de deux ans plus tard c'est finalement toujours le cas. Un revers logique et qui vient tempérer l'enthousiasme après la victoire obtenue vendredi dernier face à l'Angleterre.

 

Photo: USWNT / Twitter


Feuille de match

 

Mardi 13 avril 2021, 21h – Le Havre (Stade Océane) – Amical

Match joué à huis clos

France – États-Unis 0-2 (0-2)

Arbitre : Riem Hussein (Allemagne)

Buts : Megan Rapinoe (6e [sp]), Alex Morgan (19e)

Avertissements : Marion Torrent (36e) et Grace Kazadi (73e) pour la France ; Carli Lloyd (83e) pour les États-Unis.


Les équipes :

France : 21-P. Peyraud-Magnin – 4-M. Torrent (25-G. Kazadi 61e), 5-A. Tounkara, 22-E. De Almeida, 2-E. Périsset, 6-I. Jaurena, 8-G. Geyoro (24-E. Palis 46e), 15-K. Dali (10-L. Khelifi 62e), 16-V. Asseyi (17-S. Baltimore 46e), 9-E. Le Sommer (cap.), 12-MA Katoto (13-V. Gauvin 46e).

Sélectionneuse : Corinne Diacre

États-Unis : 1-A. Naeher – 5-K. O'Hara, 4-B. Sauerbrunn (cap.), 7-A. Dahlkemper, 19-C. Dunn, 8-J. Ertz, 16-R. Lavelle, 3-S. Mewis, 15-M. Rapinoe (9-L. Horan 63e), 23-C. Press (2-S. Smith 75e), 13-A. Morgan (10-C. Lloyd 75e).

Sélectionneur : Vlatko Andonovski

Hichem Djemai