Face à Albi, Laurie Cance 22ans et Ruthénoise de toujours, a joué un rôle prépondérant dans l'animation offensive de Rodez hier pour le derby. Apportant ce côté dynamique et vive qui va créer le surnombre en attaque, bien soutenue par son équipe de l'avant à l'arrière. Entrevue.

 

Le résumé du match = > D1 (Albi/Rodez (1-3) : Rodez rafle son maintien dans le derby

 

Coeurs de Foot - Ta réaction sur ce match ?
Laurie Cance - C'est une satisfaction parce qu'on se maintient sur ce match là. Puis on a gagné le derby quoi (sourire) donc c'est quelque chose de très important. Après pour le maintien c'est vrai qu'on aurait pu l'avoir avant mais voilà c'est encore plus beau de le gagner sur un derby. Parce qu'au début (fronce les sourcils) on a eu un peu de mal en première mi-temps, où on ouvre le score, après on redescend [notre bloc] et on se prend un but donc c'était un peu compliqué. Mais après on est revenues en seconde mi-temps avec de meilleures intentions donc on a pu creuser l'écart.

Coeurs de Foot - J'ai pu remarquer dans ce match que tu as un jeu très dynamique sur le terrain, c'est quelque chose que tu as aussi peut être acquis avec les sélections jeunes en équipe de France (U16/U19) ?
L.C. - Oui bien sûr, ça m'a beaucoup appris. Mes sélections m'ont beaucoup appris. Mais après c'est avec le [travail en] club et les sélections, certes, mais mon jeu (sourit) vient aussi de ma petite taille. Quand on est petit (sourire) on est peut être plus dynamique.

Coeurs de Foot - T'es plus agile sur tes mouvements, avec de meilleurs appuis ?
L.C. - Oui voilà (sourire) c'est parce que j'ai un centre de gravité plus bas que les autres, pour me déplacer c'est un peu plus facile.

Coeurs de Foot - Les matchs contre Albi c'est toujours particulier, vous dîtes aussi que Montpellier c'est votre nouveau derby ? 
L.C. - On va dire quand même que c'est plus Albi parce qu'on est dans la même région. Même si maintenant c'est l'Occitanie [qui englobe donc Montpellier] c'est plus pareil. C'est vrai que ça a une saveur particulière parce que les deux équipes sont en Midi-Pyrénnées. (Chloe Bornes sort des vestiaires et taquine la Laurie Cance, qui rigole). Donc voilà y'a une grande satisfaction d'avoir gagné contre Albi (sourire). Surtout qu'on a gagné les trois derbys cette saison.

Coeurs de Foot - Là c'est le carton plein en trois rencontres cette saison, c'est trois succès et là vous terminez en beauté. C'est important de gagner contre ces équipes voisines ? (1-0 à l'aller et 2-1 en Coupe de France)
L.C. - Bah oui (sourire), trois sur trois. Oui surtout pour montrer la supériorité de l'équipe dans la région, donc oui bien sûr, c'est très important.

Coeurs de Foot - J'ai vu aussi que c'était ta neuvième années en D1 avec Rodez. Tu as commence en U19, c'est ça si je me trompe pas ?
L.C. - Non j'ai commencé chez les garçons en fait, à 13ans. Ensuite je suis partie en U14 élite, et après j'ai rejoint le groupe des U19 féminines nationales [avec Rodez toujours, la saison 2010/2011] et puis je suis allée avec le groupe D1 [en 2011/2012] quand il y avait Franck Plenecassagne.

Coeurs de Foot - En plus on va dire que tu as plus ou moins vécu cette première saison de Rodez en D1 (2010/2011), peut être même la montée, même si tu jouais avec les U19. Comment ça s'est passée ton adaptation des U19 à la D1 en septembre 2011 ? Tu avais 16ans à l'époque, qu'est-ce que tu en gardes comme souvenir ?
L.C. - Bah mon premier match (sourire) je m'en rappellerais toujours, parce que c'est là où je marque mon premier but (celui de la victoire contre Saint-Etienne, la 2e jounrée), donc c'était quelque chose de fantastique. Après c'est vrai qu'au début, il faut s'adapter, c'est très dur d'acquérir ce niveau et il faut vraiment un temps d'adaptation, surtout physiquement. Quand tu as 16ans et que tu joues contre des filles qui ont en 30ans ou moins, c'est un peu difficile.

Coeurs de Foot - Cette expérience tu commences à l'acquérir maintenant ?

L.C. - Oui maintenant ça fait longtemps que je joue en D1 donc j'ai pris de l'expérience on va dire, donc ça m'aide.

Coeurs de Foot - Qu'est-ce que vous allez garder finalement de cette saison ? Ca reste satisfaisant avec peut être cette 8e place au finish, même si vous aviez terminé 5e la saison dernière ?
L.C. - Après c'est vrai que quand on termine 5e, c'est compliqué de refaire une saison comme on l'avait fait l'an dernier. De toute façon l'objectif [du club] en début d'année, c'était vraiment de se maintenir donc on l'a fait. Après on peut avoir certains regrets sur certains matchs parce qu'on a laissé filer des points à certaines équipes. Mais bon on a quand même rempli l'objectif de cette année donc c'est le principal.

Coeurs de Foot - Je sais pas si toi Rodez c'est ton équipe de coeur ?
L.C. - (sourit) Oui bien sûr (hoche les épaules) bah je suis arrivée j'étais avec les garçons, en U19, je suis arrivée en D1, je connais la ville, je connais les gens, j'ai ma famille à côté, donc oui c'est mon club de coeur.

Coeurs de Foot - Dernière question, ça concerne l'équipe de France. Est-ce que ton objectif c'est peut être aussi un jour de goûter à nouveau à des sélections en Bleu ? 
L.C. - Bien sûr (sourit) bien sûr, si je joue à haut niveau, c'est pour un jour peut être, être dans ces équipes là, donc oui c'est un objectif mais après moi je me prend pas la tête. Je joue et puis si ça doit venir, ça viendra.

Dounia MESLI