Avant Pays-Bas/Danemark, Sarina Wiegman et Vivianne Miedema sont passées en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes. Les Néerlandaises qui s'apprêtent aujourd'hui à jouer leur première finale d'une compétition majeure et à domicile dans cet Euro 2017.

 

Quelles sont vos sentiments sur le Danemark et quelles sont vos chances de victoire dans cette finale ?

Vivanne Miedema - Le Danemark est une équipe surprenante. On les a déjà rencontré dans ce tournoi (ndlr : victoire 1-0 sur penalty), c'était un match très difficile pour nous. C'est une équipe qui a beaucoup de qualités et ce sera un très beau match.

 

Lors de notre arrivée à Enschede, on a vu beaucoup d'enfants qui portaient un maillot floqué Miedema ou Martens. Qu'est ce que représente pour vous cette popularité ?

V.M. - On a beaucoup de fans dans ce tournoi et c'est super de voir des maillots avec Miedema ou Martens dans le dos. Je pense que c'est une grande étape de franchie et ça inspire le respect. Ce n'est que du positif.

 

Vous allez jouer devant 30 000 personnes environ. Est-ce que cela vous amène une pression supplémentaire ?

V.M. - Non, au contraire. On a joué tous nos matchs avec le sentiment que ça nous apporte une énergie supplémentaire. Lors de la finale demain, on se donnera à 100% sur le terrain et partout où on ira, ils continueront à nous supporter.

 

Est-ce que le fait d'avoir déjà joué à Enschede vous donne un avantage psychologique sur ce match ?

V.M. - Non parce que beaucoup de joueuses ont déjà joué dans ce stade avec leur club. On verra ce que ça va donner demain mais on sait qu'on aura beaucoup de fans derrière nous. C'est une finale donc ça sera pas la même chose qu'une demie-finale.

 

Une question pour vous et votre coach. Quel que soit le résultat, est-ce que ce tournoi peut avoir un impact sur votre carrière ? (Rires de l'assistance)

Sarina Wiegman - On n'y pense pas pour le moment. On se concentre sur le match de demain, parce qu'on joue le Danemark. Pour ma part, je ne regarde pas trop les réseaux sociaux, la télé et autres parce que ça ne m'intéresse pas vraiment. 

V.M. - Quand on a quartier libre, tous les fans nous reconnaissent et c'est quelque chose de positif. Bien sûr, on a quelques commentaires négatifs mais on s'en moque. Je pense que c'est bien d'être reconnues et c'est quelque chose d'important pour nous.

 

Comment pouvez-vous contrôler vos sentiments quand la rencontre aura démarré ? Est-ce que cette finale pourrait être le plus gros match de votre vie ?

V.M. - Je ne suis pas sûre. On sera excitées, peut-être nerveuses mais pas beaucoup. On jouera ce match en se disant qu'il faut profiter de ce moment et espérer une issue positive, avec de l'energie en plus pour le gagner.

 

Vous avez déjà joué le Danemark en phase de groupe, vous avez gagné, vous savez que ça ne sera pas aussi simple pourtant demain ?
V.M. - Non on le sait, le Danemark est une très bonne équipe et nous avons bien joué contre elles donc on sait que c'est une équipe forte, avec beaucoup de qualités. Elles ont renvoyé les Allemandes chez elles, on a aimé ça (rires). Maintenant on doit rester concentrées pour faire le meilleur match et j'espère qu'on le gagnera.

 

Simone Boye n'a pas joué le premier match contre vous dans cet Euro. Est-ce que vous avez vu ces prestations ?
V.M. - Oui j'ai déjà joué contre Simone en selections jeunes, depuis les U15, nous nous connaissons bien. On ne se préoccupe pas de qui va jouer demain, on sait qu'on va affronter une bonne équipe et on a juste besoin d'être meilleures qu'elles.

 

Lors du dernier match du Danemark en demi-finale, elles ont joué les penaltys contre l'Autriche (gagnés 3-0). A quel point êtes-vous préparé si ce même scénario se profile à vous ?
V.M. - Je ne pense pas qu'on puisse se préparer à ce genre de moment. La gardienne danoise est très bonne sur les penaltys, mais nous avons une meilleure portière donc j'espère qu'on gagnera le match avant mais si cela doit l'être, on va devoir avoir confiance en nous.

 

Aujourd'hui un papier est sorti avec le commentaire d'un ancien joueur international néerlandais Arnold Murhen, qui a remporté la Coupe d'Europe en 1988, et qui a dit que le jeu de l'équipe féminine était vraiment pauvre, comparé à celui des hommes. Quelle est votre réaction à ce sujet ?
S. W. - Je ne suis concentrée que sur une chose aujourd'hui, le match contre le Danemark. Bien sûr plus le tournoi sera grand et plus il y aura d'avis et je ne vais pas réagir à ce sujet. 

 

Vous êtes d'accord avec ce qu'il a dit ?
S. W. - A votre avis ? (rires) Ce n'est pas important pour le moment de réagir.

 

Comment avez-vous préparé votre équipe pour ce match contre le Danemark ?
S. W. - C'est très simple, on continue à faire ce qu'on a fait dans tous les autres matchs donc on va pas faire quelque chose de spécifique par rapport à cela.

 

Retranscription : Kar Err

Dounia MESLI